Dans une interview à la Tribune de l’Assurance, Patrice Kalfon revient sur la captive d’assurance et la création d’Imothep pour son client Geoxia.

«Pour Geoxia, la création d’une captive d’assurance n’empêche pas le groupe de rester couvert par des porteurs de risques traditionnels, le véhicule NE prenant pas la totalité du risque. Il s’agit d’un outil destiné à améliorer la couverture et la solvabilité tout en apportant une capacité supplémentaire en termes de garantie de livraison. Sur ce point, Imothep assurances n’a pas eu de difficulté majeure à trouver des réassureurs, principalement hexagonaux. Le calcul du risque caution est particulier, notamment sur les marges de solvabilité, et tout l’enjeu a été de définir le modèle pour pouvoir couvrir le sinistre maximal possible (SMP). Cela faisait longtemps qu’il n’y avait pas eu de dossier de captives d’assurance présenté au régulateur (vingt-cinq-ans). Nous avons eu des échanges nombreux et constructifs avec l’ACPR qui a porté une grande attention à notre dossier. »

This post is also available in: English